Back to homepage
Back to homepage

L’avenir de l’industrie européenne du jouet : Sanjay Luthra, Toy Industries of Europe

Sanjay Luthra est directeur général pour la région EMEA chez Mattel et président de Toy Industries of Europe (TIE). Sanjay a une grande expérience dans le secteur du jouet, ayant travaillé à plusieurs postes mondiaux pour Mattel depuis 2003, en tant que membre du conseil d’administration de TIE depuis 2018, et en guidant TIE à travers les turbulences du Brexit et du COVID dans son rôle de président depuis avril 2019. TIE est l’association européenne du jouet qui représente l’industrie du jouet à Bruxelles. TIE existe pour faciliter le dialogue entre les membres, représenter l’industrie auprès des décideurs politiques européens, et tenir les membres informés des changements législatifs qui auront un impact sur le marché du jouet.

 

L’avenir de l’industrie européenne du jouet : Sanjay Luthra, Toy Industries of Europe

Guider Toy Industries of Europe à travers l’une des périodes les plus turbulentes pour l’industrie a été un véritable défi pour son président, Sanjay Luthra. Il nous livre ici ses réflexions sur l’industrie du jouet au moment où elle émerge des difficultés de ces dernières années et se prépare à ce qui l’attend.

Les deux dernières années ont été parmi les plus difficiles que le secteur ait jamais connues. Nous nous sommes collectivement battus sur tous les fronts : gérer les problèmes actuels de chaîne d’approvisionnement, les augmentations de prix des composants, les fermetures de magasins, maintenir le bien-être du personnel et les relations avec les fournisseurs et les détaillants pendant les périodes de confinement, et faire face aux conséquences des changements politiques en cours. La situation a été difficile pour beaucoup, mais en tant qu’industrie résiliente et pleine de ressources, nous émergeons de certains de ces défis plus forts et plus créatifs que jamais. Il est clair que nous sommes maintenant dans une phase de changement constant, et nous devrons continuer à faire preuve de créativité pour répondre aux attentes des régulateurs ainsi que des consommateurs.

Mais l’industrie se mobilise de manière positive chaque fois que cela est nécessaire. Le défi mondial le plus récent, la guerre en Ukraine, a vu l’industrie du jouet se mobiliser dans le monde entier pour apporter soutien et réconfort à de nombreux enfants et familles innocents touchés par cette invasion.

Une leçon importante tirée de la pandémie

Pendant la pandémie, le jeu a joué un rôle plus important que jamais. Les jouets étaient les meilleurs alliés des parents pour divertir leurs enfants dans les moments difficiles.  Les consommateurs ont toujours réussi à trouver des moyens d’acheter des jouets, même lorsque les magasins étaient fermés pendant les périodes de confinement. Cela a confirmé ce que nous savions – que les jouets sont essentiels au développement éducatif des enfants – et la pandémie a permis aux parents d’en prendre conscience également.

En tant qu’industrie, pour aller de l’avant, nous devons tous trouver des moyens de promouvoir cette importance, parler d’une voix commune renforce le message. C’est l’un des principaux objectifs de TIE, notamment lorsqu’il s’agit de convaincre les décideurs politiques : ils doivent prendre pleinement conscience de l’importance du jeu et des jouets lorsqu’ils entament une discussion sur toute proposition législative touchant notre secteur.

TIE a essayé de suivre un agenda politique très chargé

En tant que président de TIE, je travaille en étroite collaboration avec le conseil d’administration et le secrétariat pour identifier les questions qui auront un impact sur l’industrie du jouet et nous avons remarqué qu’au cours de ces deux années de Covid, le nombre de sujets que nous devons traiter n’a cessé d’augmenter.  Les législateurs européens ont profité du calme du confinement pour travailler sur un nombre toujours plus grand de propositions de révisions ou de nouvelles législations.

Chez TIE, nous essayons toujours d’examiner les opportunités que de telles initiatives peuvent créer pour notre industrie, mais il est tout aussi important, sinon plus, de prêter attention aux défis et de s’assurer de les relever de la meilleure façon possible. Quelle que soit la proposition mise sur papier à Bruxelles, elle entraînera dans de nombreux cas des changements importants dans la manière dont les fabricants de jouets gèrent leurs affaires, conçoivent leurs jouets et les commercialisent auprès des consommateurs. Nous devons rester vigilants et veiller à ce que notre voix soit prise en compte lors de l’élaboration et de la mise en œuvre de ces nouvelles règles.

La sécurité et les règles équitables restent nos principales préoccupations

Depuis de nombreuses années, la principale préoccupation de TIE est de défendre le statu quo de la directive relative à la sécurité des jouets. Récemment cependant, l’agenda vert de l’Union Européenne a également poussé à des changements profonds pour notre industrie, lesquels auront un impact sur la législation en matière de sécurité des jouets.

Mais en fin de compte, l’impact le plus immédiat et le plus important auquel nous pouvons nous attendre est probablement encore lié à la directive relative à la sécurité des jouets, qui sera rouverte, de sorte que tous les aspects de cette directive pourront être discutés sans aucune limite. La directive régit la production et la vente de tous les jouets sur le marché européen. Elle est la bible de la sécurité pour les fabricants réputés de jouets depuis 2009 et elle est considérée comme une référence mondiale par les régulateurs internationaux. La Commission européenne – soutenue par le Parlement européen – estime qu’il est temps de vérifier si la directive est toujours aussi stricte que nécessaire pour protéger les enfants, notamment en ce qui concerne les substances chimiques.  Chez TIE, nous craignons des interdictions inutiles de substances chimiques qui n’aboutiraient pas à des jouets plus sûrs mais pourraient forcer certains jouets et PME à quitter le marché – et ne profiteraient qu’aux opérateurs véreux qui ne respectent pas les règles. Aujourd’hui, une cuillère provenant d’un service à thé jouet pour enfants est déjà soumise à des exigences plus strictes qu’une vraie cuillère avec laquelle un enfant mange. La directive doit continuer à imposer une approche scientifique rigoureuse de l’utilisation des substances chimiques dans les jouets afin d’être raisonnable, proportionnée et applicable.

TIE et ses membres s’engagent à collaborer étroitement avec les décideurs politiques et les organismes de normalisation de l’UE afin de s’assurer que la nouvelle directive continue à être un modèle de réglementation de sécurité utilisable dans le monde entier, permettant un large choix de jouets sûrs, amusants et abordables pour les enfants.

 La mission de TIE est de veiller à ce que les fabricants de jouets réputés puissent poursuivre leur croissance. Depuis plusieurs années, l’association TIE plaide vigoureusement en faveur de la suppression des lacunes de la législation européenne qui continuent de permettre à des opérateurs illégaux, souvent basés en dehors de l’UE, de vendre en ligne des jouets dangereux ou des contrefaçons aux consommateurs européens. Ces criminels cassent les prix des fabricants réputés qui respectent les règles, car ils n’investissent pas dans la fabrication de jouets conformes à la loi. Ce faisant, ils mettent les enfants en danger, diminuent la confiance dans le commerce électronique, sapent la réputation de l’industrie et sèment le doute sur la pertinence de la réglementation actuelle.

Les décideurs politiques et les clients exigent un impact minimal sur l’environnement

Une pression croissante s’exerce, et continuera de s’exercer, sur tous les secteurs pour qu’ils réduisent leur impact sur l’environnement – et l’industrie du jouet ne fait pas exception à la règle. Des propositions politiques sont en cours de discussion afin de fixer de nouvelles règles pour les emballages et les déchets d’emballage, l’utilisation des piles, le recyclage du plastique et la réduction de l’emploi du plastique, pour n’en citer que quelques-unes.

A l’avenir, nous devons devenir plus conscients de l’environnement. Ce sera non seulement bénéfique pour notre planète mais ce sera aussi une question de bon sens commercial, car les clients font de plus en plus de choix écologiques. Je ne dis pas que ce sera facile, mais TIE fera valoir les intérêts de nos entreprises et veillera à ce que le changement s’opère de la manière la plus optimale et la plus équitable possible.

Les jouets peuvent rendre le monde meilleur

J’aime la façon dont cette industrie établit un lien avec les enfants et je suis fier de la façon dont nous pouvons contribuer à influencer la société grâce à ce lien. Je ne peux qu’encourager le secteur du jouet au sens large à continuer à promouvoir le changement social, notamment en encourageant la diversité et l’inclusion. De nombreux progrès ont été réalisés dans le développement de jouets qui brisent les frontières basées sur des “normes” dépassées de statut social, de capacité, de sexe, de race ou de religion, et nous devons continuer à intégrer l’inclusion dans tous les jouets que nous fabriquons et commercialisons. J’en suis extrêmement fier chez Mattel et je sais qu’il y a beaucoup d’autres bonnes initiatives dans notre secteur.

Je pense que l’industrie ne peut que bénéficier d’un regard vers l’avenir et d’un investissement dans des changements qui reflètent les valeurs et les attentes modernes. En tant que président, je suis très fier des “Play for Change Awards” de TIE, qui récompensent les fabricants de jouets qui vont plus loin dans le développement de leurs produits et des valeurs de leur entreprise. Je crois passionnément que nous devrions célébrer les entreprises qui œuvrent à la protection de la planète, qui encouragent les enfants à se respecter les uns les autres ou qui investissent dans les compétences dont ils ont besoin pour réussir à l’avenir.

TIE unit le secteur du jouet et le prépare pour l’avenir  

 Il est clair que nous ne serions pas en mesure de faire le travail que nous faisons sans la bonne collaboration pan-industrielle au sein de l’organisation. Nous avons un intérêt commun et tous nos membres s’investissent dans les objectifs globaux, qu’il s’agisse de grandes multinationales ou de sociétés beaucoup plus petites : nous sommes tous dans le même bateau.

Et bien sûr, la collaboration avec nos associations nationales membres, issues des États membres de l’UE et du Royaume-Uni, est souvent la clé de notre succès.

Personnellement, je pense que l’adhésion est importante pour les entreprises de toute l’Europe. C’est grâce à TIE que Mattel est au courant des changements législatifs à venir bien avant qu’ils ne deviennent officiels. Cela nous donne le temps de nous adapter ou de réagir si nous les jugeons irréalisables pour notre secteur ou notre entreprise, ce qui nous aide à compenser les coûts et à mieux contrôler nos matériaux et nos chaînes d’approvisionnement. Je pense que cela revêt de l’importance pour chaque entreprise de jouets. Et pour TIE, plus ses membres sont représentatifs, mieux c’est.

Si vous souhaitez vous tenir au courant de l’actualité politique, en savoir plus sur les sujets abordés dans cet article ou participer à la discussion sur la future législation, veuillez nous contacter pour en savoir plus sur l’adhésion – https://www.toyindustries.eu ou contactez info@toyindustries.eu.